chasser le naturel



Vergílio Ferreira

jeudi 21 janvier 2021

Martha Jurksaitis


Hier matin, vers dix heures et demie, partant acheter mes deux baguettes tradition, je m'apprêtais à passer derrière un groupe jovial ayant installé une cafétéria sur un coffret électrique du trottoir et se faisant tirer le portrait par une femme joyeuse. J'ai raté la première prise de vue et réalisant qu'une deuxième se préparait, j'ai légèrement accéléré mon vieux pas pour me planter, à temps, derrière le petit groupe prenant la pose et ainsi imposer ma présence.


Quand Martha quitta des yeux l'écran de son bigo intelligent, elle me vit et éclata de rire. Content de moi je repris ma route jusqu'à la boulangerie. Au retour, les mêmes gens m'ont proposé de voir la photo que j'avais fraternellement parasitée. J'ai sollicité l'envoi d'une copie à mon adél et que j'ai reçue rapidement.

En savoir plus sur Martha, en cliquant ici.



mercredi 20 janvier 2021

le bon grain de noroît


Dimanche matin, 17 janvier, un gros grain sombre en provenance du nord-ouest, menace les Grands Moulins de Pantin et, finalement, nous rejoint sur le marché dominical de la place Olympe de Gouges.

Le crépitement des grosses gouttes sur les toiles de protection des étals provoquent toujours cette confortable impression de l'abri rassurant et d'une bruyance qui pourrait tout emporter ...


mardi 19 janvier 2021

dimanche 17 janvier 2021

neige promise


16 janvier 2021, de mon bureau.
 Vue vers le sud-est, huit heures vingt.

Vue vers l'est, huit heures vingt-et-un.

samedi 16 janvier 2021

les cargos soviétiques (pour Leen de Vries)


Les cargos soviétiques, dans les années soixante, venaient à Bordeaux livrer les arachides pour Lesieur (l’huile d’arachide). Dans les bassins à flot leur cargaison était déchargée par les grues du quai et leurs gros gargantuas, gros godets à deux mâchoires, qui laissaient rejoindre le sol à des quantités de cacahouètes dont nous nous remplissions les fouilles pour aller les déguster dans des endroits plus peinards.

Les russkoffs se marraient.


Les cargos soviétiques, dans les années soixante-dix, venaient régulièrement dans les bassins à flot de Saint-Malo. Nous (étudiants à la faculté aquatique) demandions à visiter le bateau, ce qui ne nous a jamais été refusé, nous étions invités à boire quelques canons au carré, avec échanges de breloques et un accord de principe avec les autorités était conclu pour un match de foot à une marée basse dans les deux jours, sur la plage … C’était fantastique, ces parties de rigolades et d’échanges.

Les russkoffs adoraient.


vendredi 15 janvier 2021

jeudi 14 janvier 2021

le cheval de mer


au siècle dernier,
j’ai connu dans les familles de marins-pêcheurs littoraux,
pendu par la nageoire dorsale au bout d’un fil blanc
tombant de l’abat-jour rond et émaillé,
pile au-dessus du mitan de la table de la cuisine,
le cheval de mer
qui ne manquait pas d’indiquer sans faillir le sens du vent,
paramètre essentiel quand on allait sur l’eau à cette époque
en sus de la lecture des nuages indiquant déjà
le creusement des dépressions s’approchant.

photo anonyme

mercredi 13 janvier 2021

Rue des Mamans


Les vielles constructions insalubres sont tombées,
les murs d'enceinte des terrains constructibles
sécurisent les futurs chantiers et
servent de support aux artistes urbains
avant d'être abattus.

"Rue des Mamans" revendiquent les barbouilleurs à la bombe.

Rue de l'Ancien Canal
Pantin, 11 janvier2021