chasser le naturel



Virgílio Ferreira

mercredi 1 mars 2017

l'éclat coloré des cornus mas



Ce matin, au cimetière parisien de Pantin, vent d'OSO soutenu et légère fraîcheur bien venue. Bonne visibilité.

Sur le rythme de l'errance entre les murs d'enceinte, je me soumets au charme de quelques bancs publics, parfaits pour s'imprégner et voir prestement revenir l'avifaune indigène et/ou de passage ; par exemple :

- deux éperviers, mâles, dont la simple vue de l'un semble cocassement insupporter l'autre, d'arbre en arbre.

- un passage bas d'une cinquantaine de grives mauvis se déplaçant silencieusement d'une avenue des Vernis à celle des Erables.

- un pivert, sans distinction de genre, en contre-jour, à portée d’œil nu, quasi allongé sur une branche à la manière d'un torcol, balance des phases d'appels ; une sorte de ricanement faible, d'un côté vers l'autre, pendant dix secondes. Une phase d'écoute de cinq secondes et nouvelle émission de faible ricanement, au même rythme.
Ma présence ne semble pas du tout déranger la volaille ...


- l'éclat coloré des cornus mas, pour mieux soutenir la grisaille du jour.


4 commentaires: