chasser le naturel



Virgílio Ferreira

mercredi 15 février 2017

balade en manches courtes ...


En arrivant sur le cimetière parisien de Pantin, ce matin, je suis allé jeter un œil dans l'allée des platanes d'occident, plantée au sud, voir où en étaient les perruches.
Bien présentes, appariées pour beaucoup, visites de trous et séjours prolongés dans certains.


Dans l'allée des platanes d'orient, plantée à l'ouest, quasi le même constat.
Au bout d'une heure de promenade, un caractéristique raffut corvidé m'incite à poser le fion sur un banc public, pour mieux saisir ce qui se passait.
Puis des cris de rapace ont cinglé, repris comme en écho à soixante mètres ; geais, pies, corvidés sont excités à n'en plus pouvoir et, dans le superbe contre-jour, je saisis le bec crochu glissant dans l'axe de l'allée Transversale, esquivant quelques charges impressionnantes.
La volaille, en souplesse vient en ma direction, pas de problème : épervière.
Les autres cris de rapace, que je suppute émaner de l'épervier, continuent. La femelle revient d'où elle était partie, se branche et braille.
Au bout de quelques minutes, elle s'envole, part en direction d'où crie le mâle, qui décolle à son tour, la suit avant de se raviser et de venir face à moi, passe entre deux fûts, ailes collées au corps et se branche, là à six mètres avant de remarquer ma coite présence. Mon aspect hirsute et débraillé le fait fuir, illico et prestement !!!
Je savais que j'avais bien fait de venir, moi ... et ces plaisirs de la miroise statique.

La couverture nuageuse s'est dissipée, le soleil s'est installé, tout le monde s'est calmé et j'ai ôté une épaisseur de lainage, pour finir les bras à l'air.
Quoi d'autre ?
Cinq pouillots, quasi dans le même arbre, deux rouge-queue noirs et mâles, deux mésanges huppées.

Sur le retour, je fais un saut au carré musulman du cimetière intercommunal, à Bobigny. Une mouette rieuse, posée sur son ventre, sur la moelleuse pelouse rase et moussue, pendant que ses congénères patrouillent en vol ...


6 commentaires:

  1. Belle sortie, bravo pour la perruche ;-)
    Céline & Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la bestiole avait un côté cabotin ...
      ;-)

      Supprimer
    2. Si l'on suit ton raisonnement : l'épervier se branche, donc la perruche se troue, c'est ça ???

      Supprimer
  2. Il ressemble beaucoup perroquet dans un trou d'arbre. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il s'agit d'une perruche à collier : Psittacula krameri.

      Supprimer