chasser le naturel



Virgílio Ferreira

jeudi 2 février 2017

baignade en eau douce



baignade en eau douce

la première fois que je me suis baigné en eau douce,
j'devais commencer à avoir quelque duvet
au-dessus de la babine supérieure

j'étais égaré dans un camp d'ados,
enfants de marins de commerce,
en région forestière à huit cents mètres de haut,
moi qui n'étais jamais allé au-delà des vingt-cinq d'altitude ...

lors d'un séjour de plusieurs nuits sous la toile, au bord d'un lac,
j'ai profité de la baignade en eau douce sauvage,
du genre de celle qui donne à ta peau
la viscosité de l'anguille.

mais, la fois où j'ai bu la tasse,
à force de faire l'andouille,
et que l'horrible fadeur terreuse envahit ma gorge,
j'ai probablement hélé ma mère, savoir si j'allais ainsi mourir
sans l'iode qui me rendait si brun et sans le sel
qui me faisait la couenne si coriace ?

4 commentaires:

  1. Bonjour je viens de lire votre poème, j'aime beaucoup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, c'est sympa !
      bonne idée que de se jeter ainsi, dans le bain.
      ;-)

      Supprimer
  2. Oh, souvenirs d'enfance!
    Je me souviens que certains amis ont aimé visiter un étang dans ma ville mais j'ai préféré l'océan. Pour moi, l'obscurité et la sensation étaient un peu effrayantes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. maintenant, je saurais y prendre plaisirs ...
      ;-)

      Supprimer