chasser le naturel



Virgílio Ferreira

lundi 30 janvier 2017

repas froids et sourires de ravissement


Ma blonde et moé avons organisé quelques fois, des sorties crépusculaires et nocturnes, prenant soin de ne pas dévoiler au programme associatif le vice caché de notre proposition.

En fait nous allions à la rencontre du téteur de chèvres qui entame son activité la plus spectaculaire, après que le soleil soit passé dans la pièce d'à côté.
Une bonne occasion de monter au plus près du site de miroise : miches, boutanches, repas froids et sourires de ravissement, tout en profitant du sens du partage de l'environnement propre à l'engoulevent.

Puis, s'enrouler dans une berlue ou un sac de couchage, dissimulé dans la bruyère basse.
Ce qui n'était pas facile pour tous ; quand les vieilles craintes, aussi âgées que soi-même, remontent jusqu'aux cervicales en parcourant l'échine ... ces cochons qui passent à proximité en grouinant, cet engoulevent qui vient jusqu'à se poser au plus près et cette hulotte qui passe en rapace et qui déclame, aléatoirement.
Brrr !! nous en avons connu un qui est descendu dormir dans sa caisse, l'air de rien.

Le matin, sur l'aire de pique-nique, petit déj' chaud sur bleuet.


2 commentaires: