chasser le naturel



Virgílio Ferreira

dimanche 27 mars 2016

N'en déplaise à l'éthocrate

Curieuse impression d'être arrivé avant l'heure, ce matin, dans la grande nécropole parisienne mais de banlieue ...
Le déplacement mécanique des aiguilles des tocantes vers l'aval me fait croire qu'il a surpris le rouquin au sortir d'un vide sanitaire, étirant son corps cul en l'air et pattes antérieures posées le plus loin possible ou cette paire de buses décidant de quitter ensemble le houppier d'un grand marronnier d'une nuit, à l'instant même où une épaisse coulée de lumière se fracasse lascivement contre fûts humides, stèles scintillantes, mousses resplendissantes et flaques encore frissonnantes.


Les passages nuageux vont en se distançant les uns aux autres, les rafales ne laissent aucun répit aux mèches rebelles tout en ne facilitant pas la tache au couple d'éperviers chassant à découvert en plongeant d'un même peuplier ...
Ce jour, plus d'une proie leur a échappé, successivement. N'en déplaise à l'éthocrate, j'ai de nouveau assisté à une attaque d'épervière sur pivert, qui a foiré sous le choc d'un coup de vent. Le pivert n'ayant rien vu, a continué son vol sinueux.


Chanteurs de fauvette à tête noire, pouillot véloce, rougequeue noir, serin cini, pigeon colombin ...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire