chasser le naturel



Virgílio Ferreira

mercredi 24 février 2016

Quelle vie que celle de chardonneret


Ni trop tôt, ni trop tard, promenade à petit pas ce matin, au cimetière parisien de Pantin.

Belles lumières et un calme trompeur, au regard des bras de grue et nacelles déployés.

Ce jour, j'entame ma circumnavigation erratique dans le sens des aiguilles d'une toquante et à la fin de mon deuxième hectomètres, une femelle de faucon émerillon fuselée pour le silence plonge, à mon avance, d'un platane pour traverser d'une longue glissade lascive l'avenue Transversale et sa double rangée d'arbres d'alignement : chamaecyparis et marronnier. Je sors mon cochoir.
Ma dernière miroise de cette volaille, était il y a quelque temps, dans un milieu plus livresque : le parc du Sausset ...

Toujours dans cette allée de platanes d'Orient, les pigeons colombins silencieux ne se lâchent pas d'une traînée, l'appariement est ferme !
Les perruches sont moins en voix.


Aujourd'hui, j'aurai testé quelques bancs publics, toujours bien implantés et permettant, au bout de quelques dizaines de minutes, de voir se rapprocher la faune endémique : grimpereau, accenteur, rougegorge et ce puant bossu svelte et agile : la fouine, dont je ne connaissais que ses merdes caractéristiques. M'a peut-être vu, m'a peut-être pas vu ...

En balayant de ma jumelle les frondaisons de l'allée Principale, je capte le petit mâle d'épervier, bien branché, coi ... plus tard je le verrai cerclant au-dessus du mur d'enceinte, entre fort et nécropole.

En décollant mon fion du banc, je remarque au pied d'un platane, une station de roudoudous !!!


Les floraisons de cornus mas, de prunus et autres merveilles sont à donf ; fragrances et couleurs diffuses.

Culté sur un autre banc, plus vers le nord, avenue de la Zone, j'entends s'approcher une escouade de chardonnerets au bavardage pas très serein et dans la traînée de leur vol désespéré la femelle émerillon, à l'heure du casse-dalle, me frôle les genoux. Ma présence semble, une fois encore, détourner la bec crochue de sa tranquillité.
Quelle vie que celle de chardonneret !! Après la matole des gros cons gascons, la densité de rapaces urbains en Francilie ...

Un cigare de riche insolent, mal mâchouillé, mal fumé, traîne dans un caniveau ...



A la prochaine

4 commentaires:

  1. Eh! il y en dans les cimetières !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juste en deux heures de temps, tranquillement, de banc en banc, j'ai noté 26 espèces distinctes d'oiseaux ... Un vrai garde-manger avec tant de possibilités de s'y reproduire ...

      Supprimer