chasser le naturel



Virgílio Ferreira

vendredi 29 janvier 2016

L'épervière, en maraude telle l'émerillon de saison


Ce matin, au cimetière musulman de Bobigny, soleil rasant caressant le dos dans le bon sens, vent fort et frais et un ciel gigantesque promettant des menaces.


La configuration steppique de cette nécropole, où l'apex de la plus haute tombe ne dépasse pas celui d'un homme, est un confort pour le scrutateur à la jumelle.

Pas de haie gênante, pas d'arbre dans l'aire de miroise. Pas grand chose à miroiser également, bien que ...
 
L'épervière, en maraude telle l'émerillon de saison, n'altère nullement la tranquillité d'une douzaine de pies.
 
L'accenteur chanteur dans ces fils barbelés coupants comme des cimeterres et sept chardonnerets gazouillant sans compter se baignent dans la lumière bénigne.
 

7 commentaires:

  1. Maintenant, je deviens inspiré de faire plus de gravures d'oiseaux dans les cimetieres!
    Now I am becoming inspired to make more etchings of birds in cemeteries!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh freund !!
      j'imagine celui de ton village doit être très végétalisé et grouiller de faune !!

      ;-)

      Supprimer
    2. Have a look there, sister, a virginian one :
      http://www.gravegarden.org/birds/

      Supprimer
    3. Oh oui, amico, il y a quelques bons endroits pour observer la faune. Je l'ai vu quelques-uns. But there are others worth a visit!

      Lynchburg, Virginia, je sais cette ville! Aussi il y a un grand vieux cimetière à Richmond, en Virginie. Je suis inspiré d'y retourner!

      Supprimer
    4. Probablement une nouvelle source d'inspiration ...

      :-)

      Supprimer
  2. j'apprécie cette balade quotidienne au sortir d'une journée de labeur merci pour l'évasion ! Vincent

    RépondreSupprimer