chasser le naturel



Virgílio Ferreira

lundi 7 décembre 2015

Pour une douzaine de feuilles mortes éparses ...




On voit de ces choses en période d'élections,
par exemple : hier en sortant de mon bureau de vote,
un employé municipal équipé d'une souffleuse électrique,
faisait fuir vers le caniveau,
une douzaine de feuilles mortes éparses.

Sa micro-balayeuse garée bien
pour cacher la vue du "stop".

Non,
le plus gênant, c'est quand tu réalises
que ne vont pas tarder à arriver en visite,
le maire du village et le candidat de gauche
pour la gouvernance de la région, bien que
déjà président de l'assemblée nationale.
Bon, je vote de ce bord mais, tout de même,
faisons-nous vraiment tout pour que
nos élus ne soient pas déconnectés
de la réalité.

Pour une douzaine de feuilles mortes éparses ...


4 commentaires:

  1. C'est pour tout cela que nous en sommes là !!!
    Céline & Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, il est peut-être un peu tard pour ramener sa fraise maintenant ... :-\

      Supprimer
  2. 1) Je hais les souffleuses.
    2) L'analyse est très sommaire.
    3) Bien belle la photo-vue-de-chat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1) je suis d'accord
      2) je suis dubitatif
      3) je suis d'accord

      ;-)

      Supprimer