chasser le naturel



Virgílio Ferreira

mardi 13 octobre 2015

l'oiseau vert braillant, collé à la pelouse


De puis que je crèche dans ce département (Neuftrois), j'ai assisté à plusieurs attaques infructueuses de l'épervier sur le pivert.

Ce matin, de mon clavier, je reconnais le puissant cri d'effroi du picidé, puissant et caractéristique, arraché ...

Je me jette à la fenêtre ouverte  et je repère immédiatement l'oiseau vert braillant, collé à la pelouse et le dos de l'épervière basculant chez le voisin et qui, sans perdre une seconde, entame une énergique volte, chargeant, en deux puissants mouvements ramés,  le pic qui a le savant réflexe de reprendre le vol.
Réalisant son erreur, il se remet à couiner de toutes ses foies, rate son placage au sol en rebondissant un chouïa, se fait prendre par une aile, s'insurge et se tait rapidement en même temps que la paire sauvage disparaît ...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire