chasser le naturel



Virgílio Ferreira

lundi 4 mai 2015

l'animal ne s'est pas fait oublier

 
Hier soir,
je venais juste de m'allonger,
le dos bien calé sur l'oreiller
à scruter le lever de la lune,
tout en formes et lumières, sur son horizon,
quand le cri caractéristique du martinet noir en vol
perce le crépuscule du soir,
alors que je saisissais mon livre de chevet du moment :
"où la mémoire s'attarde";
cela tombait bien
l'animal ne s'est pas fait oublier ...

4 commentaires: