chasser le naturel



Virgílio Ferreira

lundi 18 mai 2015

Ce qui me sidère sur ce petit cimetière

 
Sur le carré musulman de Bobigny, avant l'heure du midi, le soleil donnait, le vent aussi avec de bonnes rafales.
 
Ce qui me sidère sur ce petit cimetière, c'est le nombre de corvidés, particulièrement la pie bavarde, toujours au sol dans les carrés herbeux où moult floraisons doivent tenir refuge à une folle source protéinique.
 
Les quelques fois que je suis venu ici, je n'ai jamais vu moins de douze de ces oiseaux blanc et noir, alors que la corneille est régulièrement quatre fois moins nombreuses. Les quelques grands arbres sis sur les quatre hectares de la nécropole, ailantes, robiniers, frênes et yeuses ne supportent aucun nid  de corvidés. Ce terrain est un garde-manger.



Alors ce jour : de nouveau un crécerelle en chasse pour la famille, un hobereau en maraude, un couple de chardonnerets en ravitaillement très actif, au moins trois couples d'étourneaux dans le même cas. Une perruche à collier, prévenant de cette manière propre à son espèce, de son passage ...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire