chasser le naturel



Virgílio Ferreira

lundi 13 avril 2015

et au coin de la rue Courtois arrivent



Quand je suis dans la cuisine j'aime bien regarder
par la fenêtre ouverte, accoudé ...

les mômes dans la cour de la crèche,
les grues qui tournent dans le chantier en face,
les bagnoles qui se garent plus ou moins adroitement,
les gens, toutes sortes de gens, qui passent sur le trottoir,
pendant que la dorade cuit doucement dans le four ...

Hier soir, j'étais installé.

Les nuages en provenance de l'ouest prenaient de la vitesse,
et au coin de la rue Courtois arrivent
une jeune femme à la lâche chevelure brune frisée
et une jeune fille, en trottinette, avec
une paire de lunettes de soleil à monture blanche.

Toutes deux discutaient, échangeaient
en marchant d'un bon pas pour celle plus âgée,
qui parle avec les mains
et à une allure superbement adaptée à son interlocutrice,
pour celle à deux roues.


Je ne comprenais pas leur conversation mais
j'entendais leur bonheur,
leur sourire convenait à leur démarche
gracieusement entendue,
leur plaisir d'être ensemble irradiait
jusqu'au quatrième étage ...


2 commentaires: