chasser le naturel



Virgílio Ferreira

vendredi 6 mars 2015

Miroise à Paname



Cet après-midi, je suis allé au parc des Buttes-Chaumont, à Paris, avec la jumelle autour du cou et l'intention de profiter de la douceur de ces nouvelles lumières.

Pour la seconde fois consécutive, dès mon arrivée sur site, j'assiste à une confrontation aérienne entre l'épervière et une corneille noire. La rapace était assez quiète face à la hargne noire, esquivant nonchalamment, et de temps à autre, quelque attaque accélérée. Ce couple cerclait au-dessus du tracé encaissé de la voie ferrée Petite Ceinture, prenait de l'altitude et au bout de plusieurs minutes, l'épervière a diminué sa portance et a glissé à vive allure vers la porte de Bagnolet, laissant en plan la corneille rejoignant les cèdres du parc et ses congénères tout en voix ...

Deux heures plus tard, descendant vers le carrefour Manin-Crimée, bien me prit de vouloir passer par ce bois sombre et mixte d'ifs et de pins noirs, que traverse l'ancienne voie ferrée. Je remarque quelques plumes légères en nombre sur la sente, puis un claquement d'ailes m'attire : l'épervière immobilise, au mieux, un pigeon biset encore vigoureux. Ma présence importune, prédateur et proie rejoignent le lierre couvre-sol, puis plongent au pied d'un dénivelé. La bec crochue déployant ses ailes pour cacher sa proie à ma convoitise ...

16 heures ...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire