chasser le naturel



Virgílio Ferreira

mercredi 18 mars 2015

Micro-phénomène


Le canal de L'Ourcq, long de cent bornes
relie la Picardie méridionale à Paris,
pour alimenter la capitale en eau.
Il a une pente naturelle,
donc un léger courant.
 

Récemment, j'ai remarqué
ce rare regroupement de détritus,
devant la caserne des pompelards
de la place de Bitche,
juste avant le pont de Crimée.

Penser aux masses incommensurables
de matière plastique présentes
dans les océans de notre hémisphère ...
me rend effaré d'impuissance.

13 mars 2015

5 commentaires:

  1. Malheureusement, il ya beaucoup d'acres de îles de plastique qui flottent dans les mers du monde. Je pouvais pleurer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. allons, allons, ne baissons pas les bras !!

      ;-)

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer