chasser le naturel



Virgílio Ferreira

lundi 2 mars 2015

cet espace propice à l'écho


Ce matin, juste avant onze heures,
je rentrais de Paname à ma catiche,
à peine le temps de me désaper, quand j'entends
la hulotte, par deux fois, distinctes et proches.

La sensation de proximité me fait me précipiter
à la fenêtre de mon burlingue où je la vois
immédiatement à l'apex d'un arbre malingre
dans une courette austère.

Dans le même temps, quatre corneilles
silencieuses comme des chiens tueurs
sont arrivées pour chasser l'intruse décalée.

Dès son envol prompt, les chants de gorge des corvidés
vont encombrer cet espace propice à l'écho.

Sur le canal, une pie s'affairant sur un nid.

A l'hôpital de Lariboisière, sur le fronton du pavillon IV,
un accenteur chantant à tue-tête
et un rougequeue noir silencieux ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire