chasser le naturel



Virgílio Ferreira

mardi 13 janvier 2015

J'ai pensé à une gymnastique prandiale ...


Je reviens d'avoir longé le canal de l'Ourcq, jusqu'à l'abouchement avec celui de Saint-Denis, à Pont de Flandre, dans Paris, où une quinzaine de cormorans étaient présents. Une demie douzaine branchés dans les platanes.

Au coeur du carrefour, sept-huit oiseaux noirs étaient sur l'eau, mon regard a été attiré par le comportement de deux d'entre-eux.

Un isolé, près de la Péniche de l'eau et un autre en bonne compagnie, à cinquante mètres. Pas de trace nuptiale.

Les comportements étaient identiques mais aucunement synchronisés : l'animal se relevait sur l'eau, comme s'il était assis à la surface, sur son fion, les ailes à peine décollées et le bec incliné vers le bréchet, la partie avant de l'abdomen hors de l'eau et le corps pris de saccades, comme s'il se branlait sur le clapot.

Les voisins les plus proches étaient absolument indifférents.

J'ai pensé à une gymnastique prandiale ...

Une idée ?

2 commentaires:

  1. De Peniche à péniche : donnons une nouvelle chance au Guillemot de Troïl !

    RépondreSupprimer
  2. Déjà plus rare au Pont de Flandre, quoi qu'on y fasse ! ;-)

    RépondreSupprimer