chasser le naturel



Virgílio Ferreira

mercredi 12 novembre 2014

les perspectives paysagères


J'apprécie particulièrement les bancs publics,
dans les parcs et jardins, sur les promenades
et le long de certains sentiers et chemins.

Pouvoir ausculter le paysage d'un point de vue statique
en profitant d'une ombre, d'une protection au vent,
d'un rai astral qui requinque les vieilles membrures,
ou de l'intention d'un ancien quand
il a déterminé la position du siège.

Les quarts d'heure qui s'égrènent,
les lumières qui tournent sur elles-mêmes
et le plaisir des sens qui se métamorphose ...

6 commentaires:

  1. J'aime aussi lors de mes promenades journalières et si le temps le permet, m'asseoir dans sur un banc, dans un coin tranquille de préférence, et laisser mon esprit vagabonder en laissant traîner mon regard au gré des mouvements environnants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au Royaume Uni, chaque banc, ou presque, porte une petite plaque métallique, dédicacée à la mémoire de quelque personne qui aimait venir ici (ou là), pour peindre, contempler ou promener son clébard.

      En France, je trouve que certains parcs et jardins manquent "cruellement" de lieux de repos pour nos fondements ... :-)

      bonne journée

      Supprimer
  2. "Les gens qui voient de travers pensent que les bancs verts qu'on voit sur les trottoirs sont faits pour les impotents ou les ventripotents mais c'est une absurdité.... bancs publics, bancs publics..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah,
      ces vocations découvertes sur le tard,
      même s'il n'est jamais trop tard

      Supprimer
  3. Georges Brassens, lui aussi, était amoureux des banc public

    RépondreSupprimer