chasser le naturel



Virgílio Ferreira

jeudi 13 novembre 2014

A une heure et demie, ce tantôt


A une heure et demie, ce tantôt, en sortant de CanalBio le long du canal de l'Ourcq, je remonte vers Crimée en zieutant un grand cormoran en pêche sur le bassin, quand des cris d'alertes puissamment claironnés par quelques corneilles me font lever la tête vers le grand ciel bleu.

Quatre individus se précipitent vers la grand tour ensoleillée avec détermination et délogent de la corniche, sans sourciller, un faucon pèlerin qui, sans demander son reste, plonge vers le canal sans arriver à semer un des corvidés qui lui mène la vie dure.

Le bec crochu obligé de feinter par deux fois la férocité de la corneille pour finalement prendre sereinement la direction de la Butte la plus proche ...

2 commentaires:

  1. Pas facile la vie de Pèlerin ;-)
    Céline & Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, une ou deux grandes gueules zélées, mais tout de même un vaste garde-manger !

      Supprimer