chasser le naturel



Virgílio Ferreira

jeudi 12 juin 2014

au parc ornithologique de la baie de Somme, dans le petit pays du Marquenterre

 
Dimanche, ma blonde, la vieille amie Thérèse et moi avions rencard avec quelques amis d'origines géographiques diverses, au parc ornithologique de la baie de Somme, dans le petit pays du Marquenterre : une instit voyageuse, un maraîcher intello,  un pépiniériste néo retraité, chasseur de poilu, et son amie, fleuriste, pour une découverte de l'avifaune locale et du physique de cette contrée.
 
Evidemment, en quatre heures de temps, nous n'avons fait que le parcours bleu (ou intermédiaire) tant les merveilles de la saison sont accessibles à petite distance et dès les premiers pas. Par exemple : avocettes pies, échasses blanches, gravelots, huîtriers et oies cendrées sur les îlots du petit parcours, juste au bout de la longue-vue.

Dans les premiers roseaux, la phragmite s'égosille et se laisse mirer sans complexe.
 
La cigogne, bien entendu et le grand jeu : claquements de bec et nourrissages des grands poussins.
 
La colonie de mouettes rieuses bavardes et tout de leur gestuelle comportementale, les poussins en duvet ... Et l'émerveillement des découvreurs à la vue de la luminosité du bec et des contrastes de la mouette mélanocéphale.
 
Puis, l'étonnement à la vue de la couleur de l’œil du grèbe à cou noir remontant de pêche, à moins d'un décamètre. Comment pareille couleur peut-elle être en notre faune européenne ?
 

Et le spectacle animé de la héronnière, avec un vent généreux qui repousse les miasmes d'une diversité d'espèces en pleine activité de nourrissage, qui mérite de s'y attarder plusieurs dizaines de minutes tant il y a à voir.

Un retour aux fondamentaux, pour un plaisir partagé en toute amitié, un jour de forte affluence.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire