chasser le naturel



Virgílio Ferreira

lundi 17 février 2014

Pantin, 130 avenue Jean Lolive


A Pantin,
entre l'église et la rue Jules Auffret,
il y a trois-quatre porches successifs,
passant sous les barres d'habitation.

Des blocs de béton, pyramidaux, avaient été installés,
probablement pour interdire le passage des bagnoles,
mais leur faible hauteur permettait aux glandeurs
de poser fion pour tchatcher tout en clopant.

Terminée la belle ville,
les blocs sont devenus hauts comme un petit homme.

2 commentaires:

  1. En effet, ils ne sont pas très engageants ces nouveau tabourets !!!
    Céline & Philippe

    RépondreSupprimer