chasser le naturel



Virgílio Ferreira

samedi 18 janvier 2014

panards humides sur pelouse engraissée


Quel plaisir de replonger dans sa propre photothèque, histoire de
ranger, dégraisser, revivre et choper l'envie de partager.
Celle-ci, un début octobre dans un parc parisien ouvert nuit & jour.

C'était un matin, aux premières heures diurnes,
ces sentes se croisant
m'ont fait penser à l'employé
se rendant à la mine et se retrouvant avec
ses mocassins trempés comme une soupe ou
au jouisseur, pieds nus dans ses sandales
gorgeant ses arpions d'une vaste fraîcheur ...

4 commentaires: