chasser le naturel



Virgílio Ferreira

mardi 14 janvier 2014

La pie bleue



Lors de notre deuxième semaine en Extrémadure, notre camp de base était le camping international de Monfragüe, sorte de casernement à petite échelle où les ornithos se regroupent dans des bungalows aux murs de papier.

Les moineaux domestiques et les pies bleues sont sans cesse en train de se déplacer en transportant des morceaux de pain plus gros que leur tête (surtout le moineau). La pie bleue fait fi de sa réputation livresque, et s'aventure au plus près.

Un matin, seul devant notre gîte, affairé à gribouiller quelque remarque vitale, absorbé par l'imprécision des mots futurs, je sens la présence animale de cet oiseau que je repère sans montrer autre gestuelle qu'oculaire.

L'oiseau culotté, à calotte noire, est venu jusqu'à vouloir passer entre mon pied posé au sol et le panard massif de la table minérale; mais l'espace restreint l'a contraint à faire, sur place, une volte en cintrant ses rectrices contre le dessus de ma cheville nue. Puis s'est envolé...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire