chasser le naturel



Virgílio Ferreira

lundi 27 mai 2013

Quercus coccifera


Le chêne kermès est très présent sur le massif de La Clape, au-dessus de Gruissan. C'est un chêne nain, rarement plus haut qu'un homme, au système racinaire bien plus considérable que son ramage et sur lequel l'homme y a longtemps retiré une cochenille dont il extrayait la base d'une teinture renommée : l'écarlate française.
 Ci-dessous en fleurs et en compagnie du romarin ...


5 commentaires:

  1. II


    Ses yeux sont des tours de lumière
    Sous le front de sa nudité.

    À fleur de transparence
    Les retours de pensées
    Annulent les mots qui sont sourds.

    Elle efface toutes les images
    Elle éblouit l'amour et ses ombres rétives
    Elle aime — elle aime à s'oublier.

    Poème extrait de Premièrement
    tiré de L'Amour la Poésie de Paul Éluard

    RépondreSupprimer
  2. Et comment se nomme la cochenille ? Kermes vermillo. D'où le nom de l'arbuste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben tu vois, que tu as bien fait de passer par icite !!!
      :-D

      Supprimer
  3. j'en ai même acheté pour ma teinture de laine. Enfin c'était il y a des ères...Dommage que ce joli chêne ne pousse point dans mon coin!

    RépondreSupprimer