chasser le naturel



Virgílio Ferreira

lundi 15 avril 2013

en allant au mercado


Samedi matin,
en allant au marché,
à l'angle des rues
Courtois-Nicot.

5 commentaires:

  1. « L'homme dont l'appétit hors de l'imagination se calfeutre sans finir de s'approvisionner, se délivrera par les mains, rivières soudainement grossies. »

    « Déborder l'économie de la création, agrandir le sang des gestes, devoir de toute lumière. »

    Extrait du poème Argument
    tiré de Seuls demeurent de René Char

    RépondreSupprimer
  2. C'est comme il y a des mecs sur le toit!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juste l'ombre des poteries de cheminées du bâtiment sis de l'autre côté de la rue ...
      ;-)

      Supprimer
  3. pour une fois qu'il y a du soleil, les volets sont fermés!!!!
    bonsoir
    christine boullet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Indulgence !

      Huit heures et demie, un samedi matin, cela peut être tôt pour des couche-tard !!

      ;-)

      Supprimer