chasser le naturel



Virgílio Ferreira

vendredi 1 février 2013

Bordeaux, un escalier ...


18 rue de la Porte Dijeaux

1 commentaire:

  1. « À son cœur ouvre tes pensées
    à ses emblavures,
    tes oches torrides

    Ici
    j'étrampe tes petits cris
    à mes ovaires
    ô semailles d'hommes ! »

    Derniers vers d'un poème tiré de :
    Chair Corail, Fragments Coolies de Khal Torabully
    (poète mauricien contemporain)

    RépondreSupprimer