chasser le naturel



Virgílio Ferreira

mercredi 23 janvier 2013

l'enfant gaie, dans l'esprit du jardin mauresque


L'enfant touriste joue seule et gaie
dans l'esprit du jardin mauresque
en une mi-mai andalouse.

9 commentaires:

  1. « Là-bas où sont nos femmes se lève un ciel plus clair.
    Ramez, enfants, ramez. »

    Derniers vers du poème Chant des pêcheurs
    tiré de Feuilles vivantes au matin de Guy Tirolien
    (poète guadeloupéen du XX°)

    RépondreSupprimer
  2. Ô le petit bout d'rêve !

    ;-]

    RépondreSupprimer
  3. Miroir, gentil miroir...
    Céline & Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miroir ne saurait mentir, de part son mutisme notoire !
      ;-)

      Supprimer
  4. Tout simplement beau !

    Lucien

    RépondreSupprimer
  5. Combien il est doux!
    Je me demande ce qu'elle pense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, c'est sans importance ; chacun son jardin secret !
      ;-)

      Supprimer