chasser le naturel



Virgílio Ferreira

dimanche 23 décembre 2012

Tourne-pierres sur plan incliné ...

 
Hier après-midi, à Royan,
quatre tourne-pierres à collier auscultaient
le bas de l'ancienne cale du bac transbordeur,
avant d'entamer une période de repos ...

6 commentaires:

  1. Ah oui, mais moi je ne connais que l'Arenaria interpres ! Non, ce n'est pas vrai, hi hi, même "tourne-pierre à collier", il a fallu que je le gogolise pour voir de quoi tu parlais (enfin, je me doutais quand même qu'il s'agissait d'oiseaux, hein). Que c'est joli, ce nom, "tourne-pierre à collier" ! Les ornitho ne sont pas seulement comptables, mais un peu poètes aussi, alors ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ce côté gascon !!!

      Oui, bon, l'ornithologie ...
      ben, chez les ornithos, t'as les nuques raides, majoritaires, qui ont un mal fou à considérer que l'ornithologie puisse être autre que la leur ...
      Imagine.

      Supprimer
  2. heureux ceux qui décomptent les Arenaria dans le sud...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cet après-midiu, entre Les Cantines et Les Arros, à Le Verdon, une vingtaine de tourne-pierres violets et quatd'une demie douzaine de bécasseaux violets et quatre sanderlingues ...

      Supprimer
  3. On ferme les yeux et on imagine la scène ;-)
    Céline & Philippe

    RépondreSupprimer