chasser le naturel



Virgílio Ferreira

jeudi 1 novembre 2012

le soir, au point d'eau ...


 
Samedi soir, deux naturalistes de notre association régionale, proposaient, en petit comité, un exposé sur leurs deux semaines passées en Namibie (Afrique australe) avec images numériques et quête d'identification de moult espèces ...
 
A un moment donné, je me suis trouvé troué quand ils nous ont raconté, que dans une certaine zone semi-désertique, s'il peut en être autrement en cette contrée, il est un point d'eau aménagé, pour le confort et la sécurité du touriste, où des phares illuminent l'activité crépusculaire des grands fauves ...
 
Les bestiaux peuvent enfin voir où ils posent les pinceaux et les bourrins faire des photos comme en plein jour. La chasse naturaliste ne fait pas de bruit, si ce n'est ces putains d'apn-reflex.

4 commentaires:

  1. Ne pas confondre naturalistes et naturistes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. euh ... voui ?

      Pourtant, l'un n'empêche pas systématiquement l'autre !!

      ;-)

      Supprimer
  2. ah! ah! tout pour le naturaliste, rien pour les bestiaux et un chouia quand même pour les organisateurs, encore que? sont-ils Namibiens de souche!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oulala, aucune idée !
      Mais ce type d'intérêt n'a ni nationalité, ni frontière ...

      Supprimer