chasser le naturel



Virgílio Ferreira

dimanche 23 septembre 2012

Y en a qui préparent l'hiver ...



Bon, cela faisait plusieurs fois que je constatais le vol de deux geais au-dessus de l'église de Pantin, en direction de la falaise du même village ... Les voyant de temps à autre voler dans l'autre sens et toujours en duo, j'ai oublié la migration active et ce matin, en allant au marché de Hoche et au retour, j'ai pris le temps de chercher à en savoir plus.
En sortant du métro "Eglise de Pantin", le Mail Charles de Gaulle tente d'attirer le piéton vers le lé méridional du canal de l'Ourcq ; un chuintement d'eau attire l'oreille, puis la présence de chênes de type amerlots s'occupe du regard. En pleine glandée le sol est une jonchée de glands mûrs et une grande quantité de ces fruits sont encore branchés, pour la belle aubaine de ces corvidés réputés spécialisés, qui s'emplissent le gosier pour aller les planquer dans un coin où le chêne est rare.
La promesse d'une extension de ces espèces végétales ornementales et de provende hiémale assurée !

4 commentaires:

  1. Toujours plein de secrets découverts dans la nature...Merci pour le partage.
    Marlene04

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, marlou, rien que des faits à portée d'oeil nu !!

      ;-)

      Supprimer
  2. Hier ai constaté avec amusement que 2 geais volaient les glands que j'avais ramené d'un chêne majestueux de Gradignan, juste sous mon nez.
    Ils font du vacarme partout et vont nous tenir compagnie cet automne...et planter!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que le geai urbain est un sympathique compagnon de miroise, car beaucoup moins farouche que son frangin rural ...
      De belles images en perspective ??

      ;-)

      Supprimer