chasser le naturel



Virgílio Ferreira

lundi 11 juin 2012

épervières


Samedi matin, lors d'une séance de miroise au travers du cimetière parisien de Pantin avec le joyeux Pierrot, d'entrée nous avons été interpellés par de courts cris caractéristiques, en provenance de l'apex de l'avenue centrale plantée de marronniers d'Inde.
 
Très vite, nos chopons dans nos objectifs, une paire d'éperviers, de type femelle, se mesurant, voire se houspillant ... Même gabarit, facilement comparable au vu de leur proximité mutuelle et mêmes couleurs, plutôt monotones ... Observations faites pendant quelques courtes dizaines de secondes, avant que les volailles ne s'éloignent ...
 
Revus le même type d'individus, ensemble, à proximité d'une avenue plantée de platanes et où se reproduisent pigeons colombins, perruches à collier, probablement piverts et étourneaux sansonnets ... et où l'épervière aime à porter des attaques sur le pivert.
 
Notre première impression a été d'envisager des juvéniles, mais point question au vu des dates et de la dextérité des rapaces miroisés. Pareille hypothèse en ce lieu ne tient pas la voie des airs, dans une nécropole, l'ordinaire y est d'un commun !!!
 
Alors, je te soumets d'autres hypothèses, tout du moins deux :
 
- deux femelles n'ayant point trouvé de reproducteur.
- une femelle ayant des vues sur le mâle de l'autre.
- un épervier polygame.
 
Une idée, un avis, une lumière ?
 

4 commentaires:

  1. Ton blog est de plus en plus beau... le bandeau est super.. et c'est plus clair, vraiment sympa
    Quant à la miroise : 2 femelles n'ayant point trouvé de mâles cela semble impossible...
    mais bon ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons donc, le sex-ratio ne peut être qu'un constat, voire un questionnement ...

      Des fois il y a trop d'un côté et pas assez de l'autre.
      ;-)

      Supprimer
  2. À coup sûr un vieux couple lesbien ! Rien de bien grave !

    ;)

    RépondreSupprimer