chasser le naturel



Virgílio Ferreira

mercredi 29 février 2012

George Hendrik Breitner - 01


Fin janvier 2012 a pris fin une exposition photographique proposée par l'Institut Néerlandais, sis au 121 rue de Lille à Paname, en collaboration avec le Rijksmuseum, des oeuvres de George Hendrik Breitner, peintre, prises entre 1890 et 1910 ...

Je t'en propose quelques unes, mais en plusieurs fois.




14 commentaires:

  1. Intéressant, ravissant, surprenant.
    C'est Amsterdam!

    RépondreSupprimer
  2. Ah, ces grandes villes populeuses, il y a un siècle ...

    RépondreSupprimer
  3. une autre vie de marchands et de petits métiers autour. un autre temps
    C'est beau.

    RépondreSupprimer
  4. et par surcroît, cet Institut Néerlandais à Paname est un très bon endroit !

    RépondreSupprimer
  5. l'Institut a bon goût de remettre ces anciennes photos à la portée des parisiens. Les peintures apporteraient la note de couleurs.
    La dernière photo pourrait être d'aujourd'hui ou presque!

    RépondreSupprimer
  6. ces photographes de l'urbain étaient en quelque sorte les pionniers de la discipline ...

    La couleur est-elle l'indispensable plus dans la description du quotidien ?

    RépondreSupprimer
  7. Non,non, j'aime ces photos comme ça, mais je pensais juste aux passantes sur les peintures de Breitner qui apportaient des notes de couleurs.

    RépondreSupprimer
  8. de toutes façons, nous n'avons pas le choix ! :-D

    Les touches particulières sur les photographies de cette époque, ce sont les gens qui bougent et deviennent flous ...

    RépondreSupprimer
  9. J'aime beaucoup l'ambiance de ces vieilles photos.
    Il est fascinant de voir la ville pendant ces périodes.
    Worth a good walk to see!

    RépondreSupprimer
  10. en un siècle, comment les centres d'intérêts de la ville ont migré, comment les métiers ont évolué ...

    RépondreSupprimer
  11. Ce qui(que?) me frappe: Les linges.
    Sur la dernière photo on peut voir le vent, qui joue avec les linges à l'étendage. Sympa.

    RépondreSupprimer
  12. "Ce qui me frappe", est tout à fait correct !

    Le linge étendu aux fenêtres ou sur des fils entre les immeubles, un signe chaleureux de vie active qui change de celles des touristes simplement passagers ...

    RépondreSupprimer
  13. C'est impressionnant comme on est saisi par ces photos... Merci ! Mireille

    RépondreSupprimer